La santé par les plantes d’intérieur

Vous aussi, vous aimez les plantes d’intérieur ? Sachez que sous ces allures de parfaites compagnes de vie se cache une surprenante activité digne d’un laboratoire. Certaines plantes d’intérieur semblent en effet être des championnes de la purification d’air.

Chaque jour, les plantes transforment l’eau, la lumière et les gaz (le gaz carbonique et le CO2) en sucres et en oxygène. Mais certaines font de l’excès de zèle : elles purifient également l’air. Les stomates qui se trouvent à la surface des feuilles leur permettent d’absorber les particules nuisibles et de les transporter vers les racines via la tige. Une fois sous terre, les micro-organismes rompent les composés néfastes et les convertissent en nourriture pour la plante. En outre, la vapeur d’eau est alors exsudée, ce qui explique que les plantes améliorent l’hygrométrie d’une pièce tout en réduisant l’électricité statique.

Comment ça, notre air est pollué ?

Mais qu’est-ce qui ne va pas dans l’air de notre propre maison ? Toute une série de matériaux de construction, des appareils électriques, la peinture, le tapis plain, les rideaux, les écrans d’ordinateur... dégagent une certaine quantité de composés volatils nuisibles. Les plus connus d’entre eux sont le trichloréthylène, le benzène et le formaldéhyde. De surcroît, les bâtiments sont de mieux en mieux isolés de sorte que (l’humidité de) l’air s’affaiblit à l’intérieur.

Surtout en hiver, lorsqu’on reste le plus souvent chez soi le soir en fermant soigneusement les portes et les fenêtres. Les personnes sensibles souffriront alors de céphalées, de fatigue, d’irritation cutanée, de picotements aux yeux et de chatouillements dans la gorge et le nez, d’allergies et de sécheresse dans la bouche. C’est ce qu’on appelle le SBS : le Sick Building Syndrome. Et non, cela ne se produit pas seulement dans les bureaux.

Une bonne santé sur fond de verdure

Pour que ce soit réellement efficace, prévoyez deux plantes par 12 m². Essayez de mélanger différents types de plantes car chacune a sa propre spécialité. Choisissez-les en fonction de l’endroit. Le palmier doré (Areca) ou le 'Lady Palm' (Rhapis excelsa) exige beaucoup de lumière, d’humidité et de chaleur tandis que le dragonnier (Dracaena) se sent parfaitement à l’aise avec peu d’eau et de lumière.

Si le chauffage central ou l’air conditionné vous occasionne des désagréments comme la bouche sèche, des chatouillements dans la gorge, de la toux ou de l’obstruction nasale, optez pour des plantes qui demandent beaucoup d’eau comme le palmier nain du Mexique (Chamaedorea) ou l’impressionnant palmier Phoenix roebelenii. Ceux-ci peuvent accroître l’hygrométrie de 15 % et restituent plus de 90 % de l’eau d’arrosage dans l’air via leurs feuilles. Parmi les autres championnes de la purification, citons l’Aglaonema, le Fatsia japonica, les ficus, le lierre et les fougères Nephrolepis et Spathiphyllum.

Accordez les meilleurs soins à vos plantes : dépoussiérez régulièrement leurs feuilles et offrez-leur de temps en temps une petite douche et un engrais adapté. Une plante en pleine forme purifiera davantage l’air qu’une plante souffreteuse.

En savoir plus sur ce thème