Une façade verdoyante

Avant de retirer au hasard quelques pavés du trottoir, il vous faut d’abord l’autorisation du service environnement. La plupart des villes et communes encouragent les jardins sur dalle en y attribuant des subsides. Cela vaut donc la peine de vous renseigner.

La raison est évidente : non seulement les façades de verdure embellissent la ville, mais elles contribuent en outre à purifier l’air. Des insectes comme les papillons et les coccinelles y trouvent un abri pour l’hiver et les oiseaux y nichent volontiers. Bref, c’est tout bénéfice pour la biodiversité urbaine.

Faire des plantations le long de votre façade revêt aussi une dimension sociale : votre jardinet semi-public constitue une occasion idéale pour papoter entre voisins. Mais votre maison et votre facture énergétique en profitent aussi ! Ces plantations protègent en effet contre le vent au nord, les rayons brûlants du soleil au sud et les violentes averses à l’ouest.

Au travail

Légalement, vous êtes tenu de conserver suffisamment d’espace libre sur le trottoir : généralement, il s’agit de 1,20 ou 1,50 mètre. Sur toute la longueur de votre façade, vous pouvez envisager de retirer au moins une ou maximum deux dalles (de 30 centimètres). Attention, elles sont parfois fixées au mur et il vous faudra recourir à un trépan ! Vous êtes tenu de conserver les dalles que vous retirez : un trottoir doit toujours pouvoir retrouver son état d’origine.

  • Creusez trente à quarante centimètres de ‘terre’ et dégagez-la. Faites attention aux câbles et canalisations.
  • Comblez le trou à l’aide d’un mélange constitué de 50 % de terreau et 50 % d’amendement pour le sol.
  • Placez vos plantes grimpantes le plus près possible de la façade. À leur pied, comblez l’espace grâce à des plantes vivaces ou annuelles et arrosez abondamment.
  • Répandez un peu d’engrais bio sur le sol et couvrez les terres dénudées de coques de cacao ou d’écorces afin de tenir les chats et les mauvaises herbes à distance.

Une façade richement fleurie

Choisissez vos plantes en fonction de l’orientation. Une façade très ensoleillée peut accueillir une vigne ou une bignone, tandis qu’une façade située au nord préférera un lierre ou un hortensia grimpant.

Vous voulez beaucoup de fleurs ? Optez alors pour une clématite ou un jasmin d’hiver, qui fleurit dès maintenant, en février. Vous préférez de la verdure toute l’année ? Dans ce cas, le lierre ou le fusain feront merveille. Et si vous aimez les couleurs flamboyantes en automne, la vigne vierge est un must absolu. Le chèvrefeuille, le jasmin étoilé (idéal contre une façade ensoleillée) ou les rosiers odorants empliront l’air de senteurs enivrantes.

Choisissez le bon mode de fixation

Le lierre, la vigne, l’hortensia grimpant et la bignone s’accrochent eux-mêmes au mur. Pour les autres plantes grimpantes, tendez des fils de fer horizontalement le long de la façade. Attention ! La glycine, la renouée, le kiwi et l’aristoloche sont beaucoup trop puissants pour les petits murs.

En savoir plus sur ce thème