Pour l’amour des fruits rouges

Des fruits rouges en ravier ? Très peu pour nous ! Nous préférons déguster le cassis à peine cueilli de son arbuste, porter les fraises gorgées de soleil directement à notre bouche dans le jardin et égrainer les groseilles rouges avec les dents à même la tige. Et si vous avez la main verte, pourquoi ne pas vous aventurer dans la culture de physalis ou de myrtilles ? Cultiver des fraises est à la portée de tous, à condition d’avoir suffisamment de soleil, d’eau et d’engrais.

Il n’est même pas nécessaire d’y consacrer une partie du potager : vous pouvez faire pousser des fraises parmi vos fleurs ou même en pot ou dans une tour à fraises. Il existe des fraisiers qui portent des fruits une fois par an, environ trois semaines durant ; il s’agit de l’Elsanta, la Sonata, l’Hapil, l’Elvira et la Korona. D’autres espèces remontantes produisent des fruits parcimonieusement tout au long de l’été, jusqu'au mois d’octobre : l’Ostara, la Mara des Bois (dont le goût évoque la fraise des bois), la Rapella, la Selva et l’Everest. Ce sont également les espèces les mieux adaptées à la culture en pot. Les fraises des bois Alexandra et Semperflorens ravissent le palais de leurs arômes du mois de mai au mois d’octobre.

Les petits fruits, quel plaisir !

Les groseilles rouges et noires trouvent leur place dans chaque jardin. Non seulement les groseilliers sont très productifs, mais en outre, ils forment de jolis buissons qui s’intègrent parfaitement dans le jardin d’agrément. Plantez au moins un groseillier rouge précoce et un autre tardif, et ajoutez-y un groseillier blanc ou rose, qui offre les meilleurs fruits à déguster sur place. Le cassis exige beaucoup de soleil et un sol riche et nourrissant (inutile d’essayer d’en cultiver dans un sol sablonneux).

Adulte, un arbuste produit facilement un demi-seau de fruits. Les arbustes prennent beaucoup de place et doivent être espacés d’un petit deux mètres. Ces dernières années, les croisements se sont multipliés entre les petits fruitiers. L’hybride le plus réussi est le jostabes, à mi-chemin entre le cassis et la groseille à maquereau. Le fruit ressemble à un gros cassis, dont il conserve pratiquement la saveur. Il est mûr au mois de juillet. Le buisson a la forme d’un cassis et est plutôt compact, avec des branches dépourvues d’épines.

Bleu ou orange ?

Ne confondez pas la myrtille américaine avec nos myrtilles des bois, que l’on retrouve chez nous à l’état sauvage. La myrtille américaine est plus grosse et plus sucrée. L’arbuste lui-même est très solide et particulièrement décoratif, avec un joli feuillage d’automne. Il lui faut un sol acide pour assurer une bonne croissance. À défaut, plantez-le dans un mélange de tourbe et d’humus et faites-le pousser en pot dans un terreau approprié ; il ne dépassera quand même pas un bon mètre. Arrosez-le toujours à l’eau de pluie et non à l’eau du robinet (très calcaire) et répandez chaque année une bonne couche d’humus et de copeaux de bois compostés à son pied. Le physalis, également appelé amour en cage ou lanterne japonaise, est une plante qui se distingue de toutes les autres par ses fleurs en forme de lampion et ses fruits jaunes ou orange.

Par arbuste, cette beauté de la nature produit facilement 200 fruits aigre-doux de la taille d’une cerise. Servez ce fruit dans son calice, comme enrobé d’un papier d’emballage. Ces plantes ne dépassent pas un demi-mètre de haut et se comportent très bien en pot dans un endroit ensoleillé du jardin d’agrément. Il est toutefois difficile de les conserver et mieux vaut en semer un nouveau à chaque printemps. Les fruits poussent très vite et s’ouvrent facilement. Il est conseillé de lier les branches pour éviter que les fruits pendent au niveau du sol.

En savoir plus sur ce thème